Anabelle

Résumé : Voilà bien longtemps que je cherche la jeune femme qui voudrait de moi, je vais la trouver au moment où je m’y attends le moins.

Nous sommes en juin et le printemps est déjà chaud, le soleil brille, tout est réuni pour être plein de joie. Et pourtant, j’ai le moral dans les chaussettes.

Voilà des mois et des mois que je recherche une jeune femme pour partager des moments chauds.

Mais c’est très compliqué à 65 ans de draguer des petites minettes, alors je me suis inscrit sur plusieurs sites libertins qui se sont avérés inéficaces, ce qui me désespère.

C’est dans cet état d’esprit que je décide d’aller passer la journée en ville.

Il y a à peine une demie-heure que je ballade dans les rues en reluquant les vitrines qu’une femme fait une chutte assez violente devant moi. Je me précipite et arrive vers la victime en même temps qu’une jeune demoiselle qui me dit :

-Je suis infirmière, je m’occupe de Madame, pouvez-vous appeler les secours

Je m’exécute et j’appelle le SAMU. Pendant ma communication, je lance quelques oeillades du côté de la blessée mais surtout de sa jeune secouriste que je trouve très mignonne.

Enfin les pompiers arrivent et prennent en charge la blessée en nous remerciant pour notre intervention.

Après leur départ, je glisse :

-On a peut-être bien mérité de boire un coup, puis-je vous inviter à prendre un verre?

-Oui, si vous voulez!

Nous nous rendons au café le plus proche, nous installons à la terrasse, commandons et commeçons à bavarder. Et pendant que nous discutons, je me rends compte qu’elle est vraiment jeune et très belle. Alors je me risque à lui demander son prénom et son âge.

-Je m’appelle Anabelle et j’ai 21 ans. Et vous?

-Moi, c’est Francis et je viens d’avoir 65 ans. Tu, pardon, vous travaillez dans quel service

-Vous pouvez me tutoyer, vous pourriez être mon grand père

-Si j’étais vraiment ton grand-père tu ne vouvoierais pas, alors tu peux me tutoyer.

-Avec plaisir, me répond-elle. Mais je commence à avoir faim.

-C’est un peu normal, il est presque midi. Tu as envie d’aller quelque part

-C’est très gentil à toi, mais j’ai tout ce qu’il faut à l’appartement, je t’invite si tu veux me dit elle en se penchant au dessus de la table, m’offrant une vue imprenable sur ses seins. Je me sens troubler et je bafouille un «si tu veux»

Une fois arrivés à son appartement, Anabelle m’invite à m’assoir dans le canapé. Elle se plante devant moi et commence à relever son sweet en me regardant, une fois son dessus enlevé, elle dégraffe son soutien gorge qu’elle enlève lentement. Je ne peux détacher mes yeux de sa poitrine. Elle me souris et me dit:

-Ils te plaisent?

Je réponds en me levant :

-Oh oui

Je sens mon sexe prendre du volume entre mes jambes, son regard se porte sur la bosse qui déforme mon pantalon pendant que ses mains commencent à déboutonner son pantalon qu’elle baisse rapidement.

Je suis comme paralyser devant ce spectacle qui continue, voilà la petite culotte en dentelle qui commence à descendre doucement. Anabelle se retourne me laissant voir ses fesses toutes rondes, et bien fermes. Au moment où sa culotte atteint ses chevilles, elle se retourne et me fait face me dévoilant son petit minou épilé.

Moi qui attend cet instant depuis si longtemps, qui m’ai fait plein de films de ce que je ferai à ce moment là, je reste complètement figé devant ce corps magnifique qui s’offre à moi. Alors qu’Anabelle se rapproche de moi, je bafouille :

-Tu es sure de vouloir faire ça avec moi?

-Devines, me répond-elle en glissant ma main entre ses cuisses où je trouve une chatte déjà trempée.

Alors, je me déshabille sans la quitter des yeux. Une fois nu, je la prends dans mes bras et l’embrasse tendrement, puis de plus en plus fougueusement, nos langues se livrent à une véritable sarabande, s’enroulant ensemble. Après ce long baiser, ma bouche glisse le long de son cou pour atteindre ses seins aux pointes dressées, je dépose de multiples petits baisers sur sa poitrine puis gobe le téton droit pour le sucer, puis le gauche, je sens Anabelle vibrer sous mes carresses alors je lui carresse le dos, les fesses, les malaxant en douceur. Elle gémit et se trémousse de plus en plus, c’est le moment que je choisis pour la soulever de terre et venir l’installer sur le canapé. Je lui dépose  quelques baisers sur les seins, descend sur son ventre embrasse son nombril puis ses cuisses qui s’écartent pour me donner l’accès à son sexe que je commence à lécher doucement, allant titiller son clitoris qui gongle entre mes lèvres, puis ma langue s’attarde sur sa vulve et s’insinue entre ses lèvres d’amour pour investir sa chatte, ce qui entraine une réaction immédiate d’Anabelle qui pousse des petits cris de plus en plus forts jusqu’à ce qu’un râle de jouissance envahisse le pièce pendant que s’écoule sur ma langue une quantité impressionnante de cyprine que je m’empresse d’avaler avec délice.

Je me redresse et l’embrasse langoureusement et longuement. Quand je libère sa bouche, elle me repousse en douceur, se lève et me dit en me prenant la main :

-Viens

Je la suis jusque dans sa chambre où, à son tour elle m’embrasse, me pousse sur le lit, m’allonge sur le dos et grimpe à quatre pattes sur le lit, féline et sensuelle, me dépose un baiser sur la bouche puis descend sur la poitrine, mon ventre me saisi avec beaucoup de douceur la verge et commence un tendre mouvement de va et vient qui m’arrache des gémissements de plaisir, alors elle embrasse mon gland, le lèche un peu et embouche ma queue, l’avale jusqu’aux testicules, remonte vers le gland le lèche, s’attarde sur le prépuce et redescend pour m’engloutir complètement. Je sens la jouissance montée en moi et je râle de plaisir alors que ma main droite cherche à investir de nouveau sa chatte, je l’oblige a me chevaucher de façon à pouvoir me régaler de son sexe juteux. Pendant qu’elle me pompe en gorge profonde, je la lèche avidement mais je n’y tiens plus et je lui envoie de longues giclées de sperme au fond de la gorge ce qui provoque sa propre  jouissance.

Anabelle se laisse glisser à coté de moi tout en conservant ma queue en main. Elle me branle doucement ce qui a pour effet de maintenir ma verge en érection. Trouvant sans doute que je ne suis pas encore assez dur, elle reprend sa fellation. Ce traitement fait que ma bite reprend encore plus de vigueur. Jugeant que la raideur de ma bite est suffisante, elle me m’enjambe, vient positionner mon gland à l’entrée de sa chatte, descend son bassin me permettant de la pénétrer profondément. Elle commence à monter et descendre, je sens ses muscles vaginaux me malaxer la verge. Je lui agrippe les hanches et lui donne le rythme. Je me redresse et l’oblige à se coucher sur le dos, je me glisse entre ses jambes et la pénettre lentement jusqu’à ce que je touche le fond de son vagin, alors j’amorce un mouvement de va et vient d’abord lentement puis de plus en plus vite, encouragé par Anabelle :

-Oh, oui, vas y, plus fort, défonce moi la chatte

Alors je la bourre de plus en plus fort, de plus en plus profond, de plus en plus violemment

-Encore, me crie ma partenaire, baise moi plus fort ahhhhh , je vais encore jouir, bourre moi je jouiiiiiiiis!!!!!!

Je sens sa mouille inonder sa chatte, alors moi aussi je suis au bord de l’explosion, encore trois coups de rein et je m’immobilise au fond de sa chatte et décharge toute ma semence en jets successifs.

Un peu abasourdi par tant de jouissance, je m’affale à coté d’elle sur le dos.

Anabelle vient poser sa tête sur mon épaule et se blottit contre moi en disant :

-Merci

-C’est moi qui te remercie. Tu te rends compte que tu as fait l’amour à un homme qui pourrait être ton grang-père

-Oui, mais toi, tu es mon papy sexe

Sur ces paroles, envahis par la fatigue, nous sombrons tous les deux dans le sommeil

Quand nous nous réveillons…………………….

Histoire de Vieux Matou.

Une réflexion au sujet de « Anabelle »

Laisser un commentaire